8 étapes pour Réussir le lancement de votre projet musical

par | 5 Juil 2024

Temps de lecture : 16 minutes

Comment réussir le lancement de votre projet musical ? Je suis en plein dedans les amis ! Le 27 septembre prochain, mon deuxième EP « Absinthe » verra enfin le jour. Un projet musical qui représente près de deux ans de travail acharné, d’écriture, de ratures, de textes abandonnés, puis repris, de nuits blanches à me demander si j’étais capable d’aller au bout, de journées en studio et de remises en question artistiques.

Mais aussi des mois à réfléchir à la meilleure façon de lancer ce bébé dans le grand bain du streaming et des oreilles des auditeurs.

Car je l’ai appris à mes dépens avec mon premier EP « Dualités » en 2021 : aussi bon soit le projet, sa réussite dépend en grande partie de sa promotion. Teaser sur les réseaux sociaux, envoi aux médias, création de contenu pour les fans… Un lancement musical, ça se travaille comme une campagne militaire. Sauf qu’à la place des armes, on a des visuels, des sons, des vidéos et des mots.

Alors pour celles et ceux qui rêvent de sortir leur projet dans les meilleures conditions, j’ai décidé de partager ma petite expérience et mes conseils dans ce guide. Au programme : les étapes clés d’un lancement réussi, le calendrier à respecter, les pièges à éviter et quelques astuces pour créer un vrai buzz autour de votre musique.

Prêts à entrer dans les coulisses de la promotion musicale ? Alors c’est parti pour un vrai roadtrip du lancement d’EP, attachez vos ceintures !

1. Planifier sa promotion au moins 6 semaines en amont pour réussir le lancement

Quand on prépare la sortie d’un nouveau projet musical, qu’il s’agisse d’un single, un EP ou un album, la tentation est grande de vouloir tout balancer d’un coup dès que c’est prêt. C’est clairement ce que j’ai fait pour « Dualités ». Mais croyez-en mon expérience, c’est la meilleure façon de passer à côté d’opportunités en or et de se tirer une balle dans le pied niveau visibilité.

Le secret pour maximiser l’impact d’une release, c’est d’anticiper au maximum et de s’y prendre au moins 6 semaines à l’avance. Pourquoi autant ? Tout simplement parce qu’une bonne promo, ça ne s’improvise pas, ça se travaille dans la durée.

D’abord, il faut se laisser le temps de mettre en place un vrai plan d’actions complet et cohérent. Définir ses objectifs, identifier les cibles et les canaux prioritaires, planifier les contenus… Tout ça demande de la réflexion et de l’organisation. Il faut se poser les bonnes questions :

  • Quel est mon public cible et où le toucher en priorité ?
  • Quels médias et playlists seraient les plus pertinents pour mon style musical ?
  • Quels visuels et messages clés je veux mettre en avant ?
  • Quel planning éditorial pour créer une montée en puissance ?
  • Quels partenariats je peux nouer pour démultiplier ma visibilité ?

Bref, il faut une vraie stratégie réfléchie et pas juste quelques posts à l’arrache. Sinon, on part à l’aveugle et on risque de passer à côté de son public.

Ensuite, préparer des visuels impactants, rédiger un dossier de presse béton, démarcher les médias et influenceurs, négocier des partenariats… Ça ne se fait pas en deux coups de cuillère à pot. Il faut pouvoir s’y consacrer pleinement, sans être pris à la gorge par une deadline de sortie.

Concrètement, ça veut dire :

  • Briefer un graphiste pour avoir une identité visuelle forte (cover, visuels réseaux sociaux, photos promo…)
  • Écrire une bio et un communiqué de presse percutants
  • Constituer un listing de contacts médias et l’attaquer au moins 3 semaines avant la sortie
  • Idem pour les playlists et les influenceurs, en ciblant ceux qui collent à son style
  • Imaginer des collaborations originales (featurings, remixes, live…) et s’y prendre tôt pour les caler
  • Prévoir un budget pub, même modeste, pour booster ses contenus phares

Enfin, en commençant sa promo au dernier moment, on prend le risque de bâcler certains aspects faute de temps, voire de complètement zapper des leviers importants. Alors qu’en s’y prenant suffisamment tôt, on peut dérouler son plan tranquillement et même gérer les imprévus.

Typiquement, sur mon EP Dualités, j’avais attendu le dernier moment pour démarcher une grosse playlist qui aurait été parfaite pour mon style. Résultat, j’ai eu un refus poli car ils étaient déjà bookés. Grosse frustration ! Alors que si je m’y étais pris plus tôt, j’aurais peut-être eu une chance. Depuis, j’ai retenu la leçon.

Bref, les 6 semaines en amont d’une release, c’est le minimum syndical pour mettre toutes les chances de son côté et faire un carton le jour J. Perso, depuis que j’ai compris ça, je ne fais plus l’erreur de foncer tête baissée. Je prends le temps de bien ficeler ma promo en avance, et croyez-moi, ça change tout !

Alors si vous aussi vous voulez donner à vos projets toutes les chances de briller, n’attendez plus. Sortez vos calendriers, réservez du temps pour planifier, et lancez-vous maintenant dans les préparatifs de votre prochaine release. Votre futur vous remerciera !

Réussir le lancement

2. Préparer des visuels de qualité et adaptés à chaque plateforme

Vous avez beau avoir les meilleures chansons du monde, si vos visuels ne sont pas à la hauteur, vous risquez de passer inaperçu dans le flux incessant des sorties. C’est triste mais c’est comme ça : on juge souvent un artiste sur son apparence avant même d’avoir écouté sa musique. Alors autant mettre toutes les chances de votre côté avec des visuels qui claquent !

Déjà, il vous faut absolument de bonnes photos et images pour illustrer vos articles de presse, vos posts sur les réseaux, votre site web… Ça peut être des photos de vous en studio, en live, en shooting, peu importe tant que la qualité est au rendez-vous. N’hésitez pas à faire appel à un photographe pro si votre budget le permet, ça vaut vraiment le coup. Sinon, un bon smartphone peut aussi faire l’affaire, à condition de soigner le cadrage, la lumière, le décor.

Ensuite, pensez à décliner ces visuels dans différents formats selon les plateformes. Par exemple, privilégiez le format carré pour Instagram, le format paysage pour Facebook et Twitter, le format portrait pour les stories… Chaque réseau a ses codes et il faut s’y adapter pour optimiser l’impact. Vous pouvez utiliser des outils gratuits comme Canva pour redimensionner facilement vos visuels.

Mais le plus important, c’est de créer une vraie cohérence visuelle entre tous vos supports. Choisissez une direction artistique (couleurs, typo, style d’image…) et tenez-vous y sur la durée. Votre identité visuelle doit être reconnaissable au premier coup d’œil, comme une signature. C’est elle qui va créer un lien émotionnel avec votre public et ancrer votre projet dans les esprits.

Concrètement, ça veut dire utiliser toujours le même logo, la même police, les mêmes codes couleurs… sur votre pochette d’album, votre bannière Facebook, votre footer d’email, vos flyers. Tout doit être raccord pour que votre communication soit percutante. Vous pouvez même aller plus loin et décliner cette identité sur votre merch, vos tenues de scène, votre set de DJ.

Bref, ne négligez surtout pas l’aspect visuel de votre projet, c’est votre meilleure carte de visite ! Prenez le temps de réfléchir à une direction artistique forte et cohérente, quitte à vous faire aider par un graphiste. Et surtout, soyez créatif et n’ayez pas peur de vous démarquer. C’est comme ça qu’on crée une marque qui dure et que l’on peut réussir le lancement de son projet !

Réussir le lancement projet musical

3. Contacter la presse 4 à 5 semaines en amont

Maintenant que vous avez un plan d’attaque béton et des visuels qui claquent, il est temps de passer à l’offensive côté presse. Et croyez-moi, mieux vaut s’y prendre tôt ! Idéalement, il faut commencer à démarcher les médias 4 à 5 semaines avant la sortie de votre projet.

Pourquoi aussi tôt ? Parce que les journalistes sont ultra-sollicités et travaillent souvent sur des temps longs. Si vous les contactez au dernier moment, vous risquez de passer à la trappe. En anticipant, vous leur laissez le temps de découvrir votre projet, de l’apprécier et d’envisager d’en parler.

Mais attention, pas question d’envoyer un mail à la va-vite. Pour mettre toutes les chances de votre côté, il faut leur fournir un dossier de presse complet et alléchant. Au menu : un bon communiqué qui résume l’essentiel de votre actu, une bio accrocheuse, des visuels de qualité (photos, artwork…) et surtout un lien d’écoute vers votre projet. N’hésitez pas à utiliser des services comme Dropbox, Google Drive ou Soundcloud pour faciliter l’accès.

Ensuite, le nerf de la guerre, c’est le ciblage. Inutile d’envoyer votre projet de black metal expérimental au magazine Gala. Vous avez tout à gagner à cibler en priorité les médias spécialisés dans votre style musical. Eux seront plus réceptifs et plus à même de toucher votre public.

Pour constituer votre liste de contacts presse, plusieurs options. Vous pouvez éplucher les magazines et sites que vous aimez, repérer les journalistes qui défendent des artistes proches de votre univers. Les réseaux sociaux comme Twitter sont aussi très utiles pour identifier les bons contacts. Et si vous avez un peu de budget, pensez aux bases de données comme l’Officiel de la Musique.

Vous connaissez certainement Groover qui permet de mettre en relation les artistes avec des professionnels de la musique, comme des labels, des journalistes, des blogueurs, des curateurs de playlists, des animateurs radio, etc. Bon … J’écrirai un article sur le sujet un jour mais je ne suis pas super fan du concept.

D’une part, on paie un euro pour une interaction. Ca veut dire que le pro en face va toucher un euro pour écouter votre projet. Autant dire que pour ce prix, il risque de ne pas s’attarder sur votre projet, vous avez intérêt à être super bon pour attirer leur attention.

Enfin, si beaucoup de professionnels sont présents et qu’ils font leur travail sérieusement, il faut vraiment séparer le grain de l’ivraie. Trop de pseudo playlist sans intérêt, de webradios sans auditeurs, de webmag sans trafic. Bref, j’aime le contact à l’ancienne.

Une fois votre liste établie, place à l’envoi ! Là encore, il y a quelques règles à respecter :

  • Personnalisez vos mails, montrez que vous connaissez le travail du journaliste.
  • Soyez polis, directs, donnez envie sans être trop racoleur.
  • Et surtout, relancez avec parcimonie. Si vous n’avez pas de réponse après une semaine, renvoyez un mail de rappel courtois. Mais n’insistez pas au-delà de 2 relances, vous risqueriez de vous griller.

Enfin, pour vraiment sortir du lot, osez proposer des angles originaux aux journalistes. Plutôt qu’une énième interview basique, pourquoi ne pas leur suggérer un live acoustique dans leurs locaux, un sujet sur votre processus créatif hors normes, une rencontre avec votre réalisateur ? Soyez force de proposition, c’est comme ça qu’on marque des points.

Vous l’aurez compris, la relation presse, c’est du boulot, de la rigueur et un brin d’audace. Mais c’est surtout un levier crucial pour booster la visibilité de votre projet. Alors foncez, et n’ayez pas peur de viser la lune, on ne sait jamais !

Comment réussir le lancement projet musical

4. Engager sa communauté en amont

Vous avez beau avoir une promo en béton et des médias aux petits soins, n’oubliez jamais que vos premiers ambassadeurs, ce sont vos fans. Ces fidèles qui vous suivent depuis vos débuts, qui likent tous vos posts, qui streament vos sons en boucle. Bref, votre communauté, votre famille. Et pour que votre release soit une fête, il faut les impliquer en amont !

Comment ? Déjà, en leur donnant des aperçus exclusifs du projet. Partagez avec eux des extraits des morceaux, des anecdotes de studio, des photos des coulisses… Faites-les entrer dans votre intimité créative, comme s’ils étaient à vos côtés pendant tout le processus. Ça créera un lien unique et une attente incroyable.

Perso, pour mon EP « Dualités », j’avais carrément fait écouter des versions demo à toute la communauté. Je leur ai demandé leur avis, on en a discuté pendant les lives, en commentaires et ils m’ont fait des retours précieux. C’était hyper enrichissant et ils étaient trop contents de participer à l’aventure en mode VIP.

Autre levier d’engagement : les jeux-concours. Rien de tel pour créer de l’émulation ! Faites gagner des goodies (vinyles dédicacés, t-shirts, posters…), des accès privilégiés (écoute en avant-première, invitations pour le release party…). Mais soyez créatifs dans les mécaniques. Plutôt qu’un banal tirage au sort, misez sur des défis : la meilleure reprise d’un de vos titres, le plus beau fan art, la plus émouvante anecdote de fan… Valorisez leur créativité et leur engagement.

Et puis, cultivez une vraie relation de proximité avec votre communauté. Répondez à leurs commentaires, likez leurs contenus, envoyez-leur des messages persos… Montrez-leur que vous êtes à l’écoute, que leur soutien compte pour vous. Instaurez un dialogue, une complicité. C’est comme ça qu’on fidélise sur la durée.

Enfin, faites-les se sentir importants dans le processus de release. Par exemple, vous pouvez leur demander de voter pour la tracklist finale, le visuel de cover, le premier single… Impliquez-les dans vos choix artistiques. Ou alors, invitez certains d’entre eux en studio, en interview, en showcase. Faites-les participer à des missions de street promo, d’UGC… Bref, donnez-leur un vrai rôle, pas juste celui de spectateur passif.

Vous l’aurez compris, vos fans sont votre meilleur atout promo. Alors chouchoutez-les, impliquez-les, inspirez-les. Faites-en vos complices, pas juste vos consommateurs. C’est la clé pour transformer une release en moment de communion. Et ça, ça n’a pas de prix, c’est la première étape pour réussir le lancement de votre projet musical.

Réussir le lancement projet musical en 2024

5. Créer du mystère et du buzz sur les réseaux sociaux

Vous avez un plan d’attaque en béton, des visuels canons, la presse dans la poche et une communauté de fans survoltés. Bravo, vous êtes sur la bonne voie ! Comment réussir le lancement de votre projet musical ? Il va vraiment falloir mettre le feu aux poudres avant votre release, il vous faut créer un max de mystère et de buzz sur les réseaux. L’objectif ? Faire monter la sauce, attiser la curiosité et l’impatience jusqu’au jour J.

La technique du teasing, ça marche à tous les coups. Au lieu de balancer d’un coup toutes les infos sur votre projet, distillez des indices savamment dosés. Une image énigmatique par-ci, un extrait vidéo flou par-là… Jouez sur les non-dits et le suspense pour intriguer votre audience.

Misez à fond sur le visuel plus que sur le texte. Une photo ou une vidéo bien pensée vaut mille mots et frappe bien plus l’imagination. Regardez Justin Bieber : pour teaser son album « Changes », il a juste balancé des dates mystères sur ses réseaux. Ça a suffi à rendre dingues ses fans qui ont passé des jours à échafauder des théories !

L’idée, c’est de teaser progressivement, en accélérant la cadence à l’approche de la date fatidique. Commencez doucement quelques semaines avant, puis lâchez de plus en plus d’indices à mesure que le jour J approche. Votre communauté doit sentir que quelque chose se trame, sans savoir exactement quoi.

Autre conseil : variez les contenus et les formats de vos publications teasing. Une vidéo énigmatique un jour, un visuel minimaliste le lendemain, un extrait audio la semaine d’après… En variant les stimuli, vous relancez régulièrement l’attention et vous évitez l’effet de lassitude.

Enfin, n’hésitez pas à impliquer votre communauté dans ce jeu de piste. Lancez des concours du type « devinez le nom de mon prochain single« , faites voter sur des détails de la release… Bref, faites-les participer au mystère, ils adoreront ça !

Alors préparez bien votre plan teasing, semez des indices comme des petits cailloux et regardez votre communauté s’enflammer sur vos réseaux. Croyez-moi, le jour de la release, le buzz sera à son comble !

6. Organiser un événement de lancement (release party)

Le jour de la sortie approche à grands pas et vous avez mis les bouchées doubles sur la promo. Bravo ! Mais pour marquer le coup et rassembler toutes les bonnes ondes, rien ne vaut une bonne grosse release party. C’est l’occasion de célébrer votre projet avec ceux qui ont contribué à le faire naître et de remercier tous vos soutiens.

Première étape : la guest list. Dressez la liste des personnes que vous voulez absolument voir : votre équipe rapprochée, les professionnels qui ont bossé sur le projet (studio, attaché de presse…), vos contacts médias, vos partenaires, vos amis artistes… Bref, toutes celles et ceux qui ont cru en vous et vous ont épaulé. C’est le moment de leur rendre la pareille !

Ensuite, trouvez un lieu qui colle à l’esprit de votre projet. Une salle de concert intimiste pour un EP acoustique, un club branché pour un album électro, un bar à l’ancienne pour un disque rétro… L’idée, c’est de créer une ambiance qui immerge vos invités dans votre univers musical dès qu’ils passent la porte.

Côté animation, prévoyez si possible un showcase pour jouer vos nouveaux titres en live. C’est quand même le clou du spectacle ! Mais vous pouvez aussi imaginer une expo photo, une projection vidéo, un DJ set… Tout ce qui peut donner une dimension artistique à la soirée. Vos invités doivent sentir la passion que vous avez mise dans votre projet.

Après, place à la fête ! Mettez des enceintes, servez des cocktails signature, lancez des jeux… Créez une atmosphère conviviale et chaleureuse pour que tout le monde se sente à l’aise. Le but, c’est que vos invités passent un bon moment, échangent et nouent des liens. Une release party réussie, c’est aussi un super levier de networking !

Enfin, capitalisez sur l’événement en suscitant un max de partages sur les réseaux sociaux. Créez un hashtag dédié, incitez vos invités à poster des photos et des vidéos, identifiez les comptes des personnes présentes… Bref, faites vivre la soirée sur la toile pour démultiplier sa portée. Une bonne release party, ça doit aussi faire le buzz en ligne !

Perso, pour la sortie de mon EP « Dualités », j’avais prévu une release party dans le Studio de communication d’un ami à Bordeaux, avec une ambiance qui collait parfaitement à l’univers du projet. J’ai bénéficié d’énormément d’aide et de support : le lieu m’avait été prêté gracieusement, ma soeur était venue en renfort pour m’aider, mon meilleur ami est venu avec du matos pour sonoriser la soirée et faire les lights, un ami traiteur a proposé des planches de charcuterie et fromage pour la soirée, … De quoi marquer les esprits et célébrer dignement la naissance de ce bébé !

Alors si vous voulez que votre release soit mémorable, ne lésinez pas sur la release party et soyez débrouillard. Activez votre réseau ! C’est un moment précieux pour fédérer votre écosystème et donner une incarnation festive à votre projet. Croyez-moi, l’énergie dégagée ce soir-là, vous la sentirez encore longtemps après !

Comment réussir la sortie de son projet musical

7. Être très actif sur les réseaux le jour J

Ça y est, le grand jour est arrivé ! Votre projet est enfin disponible sur toutes les plateformes. C’est le moment de mettre le turbo sur les réseaux sociaux pour faire un max de bruit autour de cette release. Car croyez-moi, si vous vous planquez le jour J, vous risquez de passer à côté d’une grosse caisse de résonance.

La première chose à faire, c’est d’annoncer fièrement la sortie sur tous vos réseaux et votre site web. Changez vos visuels de profil et de bannière, épinglez la publication en haut de votre feed, bref, faites en sorte que la nouvelle saute aux yeux de tous vos visiteurs. Et surtout, mettez bien en avant le lien d’écoute et d’achat en ligne !

Ensuite, partagez des contenus variés tout au long de la journée pour entretenir le buzz. Des extraits des morceaux, des photos exclusives, des vidéos des coulisses, des paroles marquantes… Donnez envie à vos followers de plonger dans votre univers et d’aller checker le projet en entier. Mais attention à ne pas trop spammer non plus, dosez bien vos publications.

Autre point crucial : relayez les premiers retours et critiques positives qui tombent dans la journée. Un article de blog qui encense votre album, un tweet d’un fan qui kiffe votre son, une story d’un pote artiste qui vous soutient… Mettez en avant ces marques de reconnaissance, ça vous donnera de la crédibilité et ça incitera d’autres personnes à aller écouter.

Enfin, n’oubliez pas de continuer à poster des contenus liés au projet dans les jours qui suivent. Le clip officiel, des gifs tirés de la vidéo, des images paroles, des extraits de vos interviews… Gardez la flamme allumée en nourrissant régulièrement vos réseaux. Car une release, c’est cool, mais si derrière il n’y a plus rien, ça retombe comme un soufflé !

Pour la sortie de mon EP Absinthe, j’ai prévu d’être sur le pont toute la journée. Je vais changer mes photos de profil, publier un teaser vidéo le matin, relayer les premiers articles de blogs l’après-midi, faire des posts plus cool en soirée… L’idée, c’est de rythmer la journée avec des contenus complémentaires pour ne pas lasser. Et surtout, je vais bien mettre en avant les liens Spotify et Youtube !

Alors le jour J, ne lâchez rien sur les réseaux. C’est la dernière ligne droite, celle où vous devez sprinter pour transformer l’essai. Votre communauté est à bloc, vos contenus sont prêts, alors foncez et mettez le feu ! C’est comme ça qu’on marque les esprits et qu’on fait décoller un projet.

Stephan Paul Absinthe Chronique

8. Prolonger la promotion après la sortie

Ça y est, votre projet est enfin sorti, vous avez mis le paquet sur la promo le jour J, célébré dignement ça avec votre team… Bravo ! Mais ne croyez pas que le taf s’arrête là. Si vous voulez que votre bébé vive longtemps, il va falloir prolonger l’effort de promotion après la release. Parce que c’est bien beau de faire le buzz le premier jour, mais si derrière il n’y a plus rien, votre projet risque de vite retomber dans les limbes.

Alors comment entretenir la flamme ? Déjà, pensez à sortir de nouveaux supports dans les semaines qui suivent. Un clip, ça reste la meilleure arme pour relancer l’intérêt autour d’un titre. Mais vous pouvez aussi proposer des remixes, des versions acoustiques, des lyric videos… Bref, donnez une deuxième jeunesse à vos morceaux en les déclinant sous différentes formes.

Autre levier puissant : les collaborations et featurings. En invitant d’autres artistes sur vos sons, vous allez toucher de nouveaux publics et potentiellement susciter de nouveaux streams et partages. Alors ouvrez votre carnet d’adresses et lancez-vous ! Ciblez des artistes dont l’univers est proche du vôtre mais dont les fans ne vous connaissent pas encore.

Côté médias, continuez à entretenir le lien avec des interviews, des sessions live, des passages radio… Votre projet est encore frais, c’est le moment d’en reparler et de le faire découvrir à ceux qui seraient passés à côté. Soyez force de proposition auprès des journalistes, suggérez-leur des angles originaux.

Enfin, last but not least, analysez en continu les données de streaming et de ventes. C’est hyper précieux pour savoir ce qui marche, ce qui plaît, d’où viennent vos auditeurs… Et donc pour orienter la suite de votre promo. Par exemple, si vous voyez qu’un titre en particulier performe bien, concentrez vos efforts dessus. Ou si vous remarquez qu’une ville réagit bien, proposez une date de concert là-bas.

Perso, pour Absinthe, j’ai prévu de sortir plusieurs clips. Et je réfléchis à des remixes, et pourquoi pas un featuring avec un rappeur pour toucher un public plus urbain. Et bien sûr, je vais suivre les stats de près, prêt à réajuster le tir en fonction !

Bref, gardez en tête qu’un projet, ça se travaille dans la durée. La promo initiale, c’est hyper important pour lancer la machine. Mais c’est votre effort continu après qui va faire la différence et inscrire votre musique dans le temps. Alors ne lâchez rien, soyez créatifs et réactifs. C’est comme ça qu’on fait vivre un disque !

diversifier sources de revenus artistes indépendants

Réussir le lancement de son projet musical : go !

Et voilà, vous avez toutes les clés en main pour réussir le lancement de votre projet musical ! De la planification en amont jusqu’à la promotion post-release, en passant par le teasing, la relation presse, l’engagement des fans et l’organisation d’une release party… C’est un vrai parcours du combattant, mais croyez-moi, ça vaut le coup.

Alors, si vous aussi vous avez un EP ou un album qui sommeille sur votre disque dur, ne le gardez plus pour vous. Sortez-le, défendez-le, donnez-lui toutes les chances de rencontrer son public. C’est sûr, ça va vous demander du temps, de l’énergie et de l’organisation. Mais c’est tellement gratifiant de voir son bébé prendre son envol !

Perso, je suis en plein dedans avec Absinthe. Et même si c’est mon deuxième EP, je découvre encore plein de trucs, je fais de nouvelles erreurs, j’ajuste ma stratégie en permanence… C’est ça aussi la beauté du game : on en apprend tous les jours, on s’améliore à chaque projet.

Alors je ne peux que vous encourager à vous lancer. Osez, tentez, expérimentez ! Armez-vous de ces conseils, mais n’ayez pas peur non plus de tracer votre propre route. Chaque artiste, chaque projet est unique, il n’y a pas de recette miracle pour réussir le lancement de votre projet musical. Le plus important, c’est de rester fidèle à votre identité musicale et de kiffer le processus.

Et surtout, surtout, n’oubliez pas de célébrer chaque victoire, même les petites. Un bon retour presse, un pic de streams, un message touchant d’un fan… Savourez ces moments, partagez-les avec votre team. C’est ça qui donne du sens à tout ce taf !

D’ailleurs, je vous invite à fêter avec moi la sortie d’Absinthe le 27 septembre prochain. Streamez-le, partagez-le, dites-moi ce que vous en pensez ! C’est en train de devenir mon projet le plus personnel, celui dans lequel j’ai mis le plus de tripes et de sincérité. Alors j’ai hâte de le partager avec vous et de lire vos retours.

Et promis, je mettrai en pratique tous ces conseils pour lui offrir le lancement qu’il mérite. Parce qu’une bonne release, ça ne s’improvise pas, ça se travaille. Mais quand c’est fait avec le cœur, ça transperce à coup sûr !

Pour soutenir mon travail, vous pouvez visiter ma boutique en ligne, écouter ma musique sur les plateformes et bien entendu, partagez, parlez-en et merci par avance pour toute l’aide que vous pourrez m’apporter !

Stephan Paul
Écrit par Stephan Paul

Auteur-compositeur-interprète, Stephan Paul se distingue par ses sonorités bluesy, folk / rock et ses paroles touchantes. Son premier EP « Dualités » et le single « Je ne suis qu’un homme » sont disponibles sur toutes les plateformes. Son prochain EP « Absinthe » sera disponible dès septembre.

Vous pourriez aimer …

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share This